Les partis travaillistes et Meretz fusionnent en Israël pour former une nouvelle alliance de gauche appelée les Démocrates

(JTA) — Les partis travailliste et Meretz d’Israël ont annoncé dimanche qu’ils s’uniraient lors des prochaines élections israéliennes dans le but de relancer la gauche israélienne et de maximiser sa part au parlement.

Le nouveau parti, baptisé Démocrates, est la dernière tentative en date de tenter d’enrayer le déclin de la gauche israélienne, qui dure depuis plus de vingt ans. Le Parti travailliste, qui a gouverné Israël pendant les trois premières décennies de son mandat, est aujourd’hui le plus petit parti de la Knesset, le parlement israélien. Le Meretz, à la gauche du Parti travailliste, n’a pas obtenu suffisamment de voix lors des dernières élections pour entrer à la Knesset, gaspillant ainsi les voix qu’il avait obtenues.

La fusion espère éviter ce résultat à l’avenir et permettre à la gauche d’obtenir un plus grand nombre de sièges. Le nouveau parti sera dirigé par Yair Golan, un ancien général israélien et député du Meretz qui s’est fait connaître pour avoir sauvé plusieurs personnes lors de l’invasion d’Israël par le Hamas le 7 octobre, qui a déclenché la guerre en cours à Gaza. Il est devenu un critique virulent de la gestion de la guerre par le gouvernement de droite.

« L’union du Parti travailliste et du Meretz est une étape nécessaire sur la voie de la construction d’un foyer large pour la communauté libérale et démocratique en Israël, et une condition nécessaire pour remplacer le gouvernement », a écrit Golan sur X.

Mais la guerre représente un défi pour le nouveau parti, dont les membres sont depuis des décennies identifiés à une politique pacifiste et au soutien à un État palestinien, une idée qui est de plus en plus en disgrâce auprès des électeurs israéliens après des décennies de négociations infructueuses et de conflits. Les sondages montrent que le 7 octobre et la guerre ont poussé la société israélienne encore plus à droite ; un sondage réalisé plus tôt cette année a révélé que seulement 19 % des juifs israéliens estiment qu’un État palestinien peut coexister en paix avec Israël.

Les sondages ont montré qu’une majorité d’Israéliens sont favorables à des élections anticipées, mais la loi n’oblige pas le gouvernement à convoquer des élections avant 2026.

Le Parti travailliste et le Meretz étaient tous deux membres de la coalition gouvernementale qui a brièvement renversé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de mi-2021 à 2022, et s’étaient déjà présentés ensemble sur une liste commune une fois, en 2020. La Knesset actuelle est la première depuis une trentaine d’années à ne pas inclure le Meretz.