L’Égypte repousse les informations selon lesquelles elle pourrait suspendre les accords de Camp David avec Israël

WASHINGTON (JTA) — Le ministre égyptien des Affaires étrangères a dissipé les spéculations selon lesquelles le traité de paix entre le pays et Israël serait menacé si Israël envahissait Rafah, une ville située à la frontière de Gaza avec l’Égypte.

Ces derniers jours, les responsables israéliens ont annoncé leur intention d’envoyer des troupes terrestres à Rafah comme prochaine étape de leur guerre contre le Hamas. Plus d’un million de Palestiniens, soit la majorité de la population de Gaza, se sont réfugiés dans la ville.

Au cours du week-end, l’Associated Press a cité deux responsables égyptiens et un diplomate occidental affirmant qu’un afflux massif de Palestiniens en Egypte pourrait mettre en danger le traité. Et samedi, Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l’Union européenne, a déclaré qu’une invasion israélienne de Rafah « conduirait à une catastrophe humanitaire indescriptible et à de graves tensions avec l’Égypte ».

Mais lundi, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukry, a démenti les informations de l’AP et a déclaré que l’Égypte respecterait l’accord avec Israël, que les deux pays ont signé en 1979.

« Il existe déjà un accord de paix entre l’Egypte et Israël, en vigueur depuis quarante ans, et nous le poursuivrons », a déclaré Choukry lors d’une conférence de presse en Slovénie, où il est en visite officielle.

L’invasion imminente de Rafah par Israël intervient après que ses militaires ont combattu le Hamas dans les centres de population de Gaza et de Khan Younis. Mais la forte concentration de civils dans la ville, dont la plupart ont fui d’autres parties du territoire, a suscité l’inquiétude au niveau international.

« Je pense que vous savez tous que plus d’un million de Palestiniens se réfugient dans et autour Rafah », a déclaré jeudi aux journalistes John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. « Je pourrais vous dire que – si l’on ne prend pas pleinement en compte la protection des civils à cette échelle à Gaza – les opérations militaires actuelles seraient un désastre pour ces personnes, et ce n’est pas quelque chose que nous soutiendrions. »

Le lendemain, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il préparait une incursion à Rafah, mais a déclaré qu’il avait ordonné à l’armée d’élaborer « un plan combiné d’évacuation de la population et de destruction des bataillons » à soumettre au gouvernement.

« Il est impossible d’atteindre l’objectif de la guerre consistant à éliminer le Hamas en laissant quatre bataillons du Hamas à Rafah », a déclaré son bureau dans un communiqué. « Au contraire, il est clair qu’une activité intense à Rafah nécessite que les civils évacuent les zones de combat. »

Lundi matin, Israël a mené une opération militaire à Rafah pour sauver deux otages israéliens. La radio militaire israélienne a rapporté ce week-end que l’Egypte avait déclaré à Israël qu’elle ne s’opposerait pas à une invasion israélienne de Rafah s’il n’y avait pas de victimes civiles, un scénario peu probable.

Le Hamas a lancé la guerre en envahissant Israël le 7 octobre, tuant quelque 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant quelque 250 otages. Plus de 27 000 Palestiniens ont été tués dans la guerre qui a suivi, dont des milliers d’enfants. Israël affirme qu’environ un tiers des morts sont des combattants. Les responsables internationaux de la santé ont déclaré que le territoire était au bord de la famine.

Au début de la guerre, des propositions visant à évacuer les Palestiniens de Gaza vers l’Égypte n’ont pas abouti. Dimanche, Netanyahu a déclaré à ABC qu’il n’avait pas l’intention d’évacuer les habitants de Rafah vers l’Égypte, mais plutôt vers « les zones que nous avons nettoyées au nord de Rafah – de nombreuses zones là-bas ».

Depuis le début de la guerre – comme lors des précédents conflits entre Israël et le Hamas – l’Égypte a joué le rôle d’intermédiaire entre les deux parties alors qu’elles négociaient un cessez-le-feu et la libération des otages. Les militaires égyptiens et israéliens partagent également des renseignements pour contrecarrer les attaques terroristes provenant du Sinaï.

Avant leur traité, connu sous le nom d’accords de Camp David, l’Égypte était l’ennemi le plus redoutable d’Israël, menant quatre guerres contre lui. Dans le cadre de l’accord de paix négocié par le président Jimmy Carter, Israël a restitué la péninsule du Sinaï, qu’il avait conquise à l’Égypte lors de la guerre des Six Jours en 1967.

Ces accords ont été les premiers pays arabes signés avec Israël et se sont révélés durables, survivant à l’assassinat en 1981 du président Anwar Sadat, qui a signé l’accord aux côtés du Premier ministre israélien Menachem Begin, ainsi qu’à une dizaine d’années de troubles provoqués par des groupes islamistes. dans le Sinaï. Les accords ont également duré pendant une brève période après le Printemps arabe, lorsque le gouvernement égyptien était dirigé par les Frères musulmans islamistes, dont le Hamas est une émanation.

La dernière fois que l’accord a semblé menacé, c’était lors des négociations de la fin des années 1980, lorsqu’Israël a résisté à l’abandon d’une petite partie du nord-est du Sinaï tant que l’Égypte n’avait pas versé d’indemnisation aux familles de six touristes israéliens assassinés par un policier égyptien en 1985.