L’Argentine va déplacer son ambassade à Jérusalem, annonce Javier Milei lors d’une visite émouvante

(JTA) — Lors du premier jour de sa visite en Israël, le nouveau président argentin, Javier Milei, a déclaré aux autorités israéliennes que son pays allait déplacer son ambassade à Jérusalem.

Milei s’était engagé lors de sa campagne à déplacer l’ambassade de son siège actuel à Herzliya, signe que l’Argentine reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël.

S’il est réalisé, le déménagement de l’ambassade ferait de l’Argentine le sixième pays, et seulement le deuxième grand pays, à transférer son ambassade à Jérusalem. Depuis que le président Donald Trump a transféré l’ambassade américaine en 2017, conformément à son engagement de campagne, quatre pays ont suivi : la Papouasie-Guinée, le Kosovo, le Honduras et le Guatemala.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, a rencontré Milei sur le tarmac de l’aéroport Ben Gourion, où Milei est arrivé sur un vol commercial El Al. Katz a applaudi l’annonce de Milei, écrivant sur X : « Merci, Monsieur le Président, @JMilei, pour sa déclaration sur le transfert de l’ambassade d’Argentine en Israël à Jérusalem. » Il a terminé avec la devise de campagne de Milei : « Viva la libertad, carajo ! » ou « Vive la liberté, putain! »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également applaudi cette annonce lors d’une rencontre avec Milei mercredi.

« Je suis ravi de vous accueillir, Président Milei, ainsi que votre délégation, en Israël. Vous êtes un grand ami de l’État juif. Nous sommes ravis de votre décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y déplacer votre poste diplomatique », lui a déclaré Netanyahu, selon une transcription fournie par le bureau du Premier ministre.

Netanyahu a également parlé avec Milei de l’ennemi commun de leurs deux pays, l’Iran, qui est largement considéré comme responsable des attentats à la bombe contre l’ambassade israélienne et le centre communautaire juif AMIA à Buenos Aires qui ont tué ensemble plus de 100 personnes dans les années 1990. Et ils ont parlé de leur croyance commune dans le capitalisme de libre marché, selon la transcription. Milei se décrit lui-même comme un « anarcho-capitaliste » qui a décidé de réduire considérablement les dépenses en Argentine.

« C’est quelque chose que nous défendons tous les deux, et vous dirigez ce projet en Argentine », a déclaré Netanyahu. « Nous avons mené cela en Israël. Nous pouvons faire beaucoup plus ensemble.

Milei, un philosémite avoué qui étudie avec un rabbin et a exprimé son intérêt à se convertir au judaïsme, avait juré de se rendre en Israël au début de sa présidence. Il était au bord des larmes lorsqu’il a fait ses premiers commentaires après son arrivée.

« C’est un honneur pour moi d’être ici. Je tiens ma promesse : ma première visite diplomatique sera en Israël », a-t-il déclaré avant de souligner que l’Argentine soutient Israël dans sa guerre actuelle contre le Hamas à Gaza.

Milei portait un collier avec plaque d’identification « Bring Them Home » qui est devenu un symbole du mouvement visant à libérer la centaine d’otages vivants restés à Gaza. Son voyage comprend une visite au kibboutz Nir Oz, où des dizaines de ressortissants argentins ont été tués, blessés ou enlevés le 7 octobre lors de l’attaque du Hamas.

Mardi, Milei s’est rendu au Mur Occidental, où il est apparu en larmes alors qu’il priait sur le lieu saint. Mercredi, il s’est rendu à Yad Vashem, le mémorial israélien de l’Holocauste, dont le président, Dani Dayan, est né en Argentine.

« Où est la voix du monde libre qui demande la libération des personnes kidnappées ? Milei a dit là. «Nous ne devons pas rester silencieux face au nazisme moderne déguisé en groupe terroriste Hamas. Choisir la vie, c’est lutter contre le terrorisme.

Le Hamas a publié un communiqué sur la visite de Milei, affirmant qu’il « condamne fermement » le déménagement de l’ambassade, qu’il qualifie de « violation des droits de notre peuple palestinien à sa terre et de violation des règles du droit international, considérant Jérusalem comme occupée ». Terre palestinienne.

Le soutien de Milei à Israël est remarquable dans sa région. Ses homologues du Brésil et du Chili voisins, Lula de Silva et Gabriel Boric, tous deux de gauche, ont condamné Israël pour sa réponse militaire à l’attaque du 7 octobre.