La Fédération internationale de hockey annule l’interdiction imposée à Israël avant les championnats du monde juniors

(JTA) — La Fédération internationale de hockey sur glace est revenue sur sa décision d’interdire à Israël de participer aux championnats du monde en Bulgarie.

Dans un communiqué mercredi, la fédération a annoncé qu’elle disposerait « du soutien en matière de sûreté et de sécurité » pour permettre à Israël de participer au tournoi, qui rassemble les équipes des moins de 20 ans de six pays et débute le 22 janvier.

Cette interdiction n’était pas la première fois que des athlètes juifs ou israéliens étaient pénalisés à la suite de la guerre entre Israël et le Hamas – et elle a déclenché une réaction internationale.

Israël a remporté la médaille d’argent dans sa division lors du tournoi de l’année dernière et était initialement censé accueillir une partie de la compétition cette année. Mais après l’invasion d’Israël par le Hamas le 7 octobre et la guerre qui a suivi, les jeux ont été déplacés en Bulgarie.

La semaine dernière, la fédération est allée plus loin en annonçant qu’en raison de « préoccupations concernant la sûreté et la sécurité de tous les participants aux Championnats », Israël serait exclu des compétitions de la fédération « pour le moment ».

La LNH a pesé sur la controverse, affirmant dans un communiqué qu’elle avait des « inquiétudes importantes » concernant la décision de l’IIHF, ajoutant que « nous avons également été assurés que la décision n’est pas destinée à être une sanction contre la Fédération israélienne ».

Mais cela n’a pas apaisé les inquiétudes des Israéliens. Mikhael Horowitz, le PDG de la Fédération israélienne de hockey sur glace, a déclaré au Canadian Jewish News plus tôt cette semaine que son association avait été informée de l’interdiction seulement 24 heures avant l’annonce. Horowitz a déclaré qu’Israël avait accepté la décision de l’IIHF de déplacer une partie du tournoi hors d’Israël en raison de la guerre, mais que le retrait total d’Israël du tournoi était inacceptable.

« Nous considérons cela comme discriminatoire et contraire à la Charte olympique et cela ne sera pas accepté par Israël », a déclaré Horowitz. « Il n’y a eu aucune tentative d’évaluer les risques et de trouver des solutions avec nous ou de leur part. »

Paul Shindman, canado-israélien et fondateur de la fédération israélienne de hockey, a également critiqué le retrait d’Israël du tournoi. Il a déclaré que l’interdiction, qui fait suite à l’attaque du 7 octobre, fait des Israéliens « deux fois des victimes ».

« Les sportifs israéliens méritent le soutien et l’accueil de leurs amis du monde du hockey international, et ils ne doivent pas être exclus », a-t-il déclaré au Canadian Jewish News.

Les responsables israéliens n’étaient pas les seuls à protester.

Un éditorial du Toronto Sun du 12 janvier a qualifié l’interdiction de « veule » et d’« acte honteux de lâcheté ». L’article affirmait que la décision créait un dangereux précédent pour la participation d’Israël aux futurs tournois sportifs internationaux, y compris les Jeux olympiques de Paris de 2024, et faisait référence au massacre des Jeux olympiques de Munich de 1972, lorsque 11 membres de la délégation olympique israélienne avaient été assassinés par des terroristes aux Jeux de Munich.

« Avance rapide jusqu’en 2024, et les Israéliens sont punis – pour s’être défendus une fois de plus contre les terroristes palestiniens », indique l’éditorial.

Cinq jours plus tard, la Fédération internationale de hockey sur glace a fait marche arrière, levant l’interdiction imposée à Israël. Dans son revirement, la fédération a déclaré qu’elle continuerait à examiner au cas par cas la participation d’Israël aux prochains tournois internationaux.

Yael Arad, présidente du comité olympique israélien, a déclaré au Jerusalem Post que le pays était « très excité » à l’idée de participer au tournoi.