Histoires de vie juive : le réfugié juif qui a écrit le livre sur les droits de l’homme

Cet article est également disponible sous forme de newsletter hebdomadaire, « Histoires de vie », dans laquelle nous nous souvenons de ceux qui ont eu un impact considérable sur le monde juif – ou qui ont simplement laissé leur communauté dans un endroit meilleur ou plus intéressant. Abonnez-vous ici pour recevoir « Histoires de vie » dans votre boîte de réception tous les mardis.

Leah Levin, 98 ans, réfugiée juive qui défend les droits de l’homme

Léa Levin a écrit, littéralement, le livre sur les droits de l’homme : « Droits de l’homme : questions et réponses », publié pour la première fois par les Nations Unies en 1981, reste l’un de ses livres les plus largement diffusés.

Nulle part dans le guide, elle ne décrit son propre parcours : d’abord, en tant que fille d’une famille juive qui a fui sa Lituanie natale pour l’Afrique du Sud à la fin des années 1920 dans un contexte d’antisémitisme croissant (presque tous ses proches restés sur place seraient tués par des collaborateurs pro-nazis) ; ensuite, en tant qu’épouse et mère qui a fui pour l’Angleterre lorsque les autorités blanches de Rhodésie ont menacé d’arrêter son mari pour son activisme politique.

En rejoignant la communauté britannique des droits de l’homme, Levin est devenue directrice d’un groupe de réforme juridique qui a contribué à obtenir la libération de six hommes d’Irlande du Nord condamnés à la prison à vie pour les attentats à la bombe perpétrés dans deux pubs de Birmingham en 1974. Elle a également fondé Redress, un groupe basé à Londres qui fournit un soutien juridique aux survivants de la torture. « Le respect continu des droits de l’homme exige une vigilance constante », a-t-elle écrit dans son guide.

Elle est décédée le 25 mai à Londres. Elle avait 98 ans.

Le rabbin Shraga Feivish Hager, 66 ans, un rabbin qui a rapproché les ultra-orthodoxes

Le rabbin Shraga Feivish Hager était le rabbin de la dynastie hassidique du Kosovo, un dayan (« juge rabbinique ») et un orateur réputé. (Wikipedia)

Rabbin Shraga Feivish Hager était un pont entre deux mondes du judaïsme ultra-orthodoxe.

En tant que Rabbi de Kossover, il était le chef de file de la branche la plus connue du mouvement hassidique de Vizhnitz, basé à Brooklyn, qui a vu le jour dans ce qui est aujourd’hui l’Ukraine. En tant qu’époux de Sara Rachel Wosner, il a gagné le respect des disciples de son grand-père défunt, le rabbin Shmuel Halevi Wosner, un célèbre rabbin haredi non hassidique et décideur juridique. Hager siégeait à la fois au tribunal de Borough Park en tant que « rabbin », ou leader charismatique, et statuait sur des points précis de la loi juive, ou halakha, en tant que dayan, ou juge.

« Il était connu pour son implication dans les questions halakhiques contemporaines, abordant courageusement des sujets difficiles », a écrit le site orthodoxe Matzav.com dans un hommage. « Le Rabbi était unique dans sa capacité à relier diverses traditions et écoles de pensée au sein de la communauté juive. [religious] communauté. »

Hager, auteur d’ouvrages sur le Shabbat, la prière et le hassidisme, est décédé le 29 juin à 66 ans.

Lazare Kaplan, 98 ans, médecin et fils du grand rabbin de France

Le Dr Lazare Kaplan a été président de Maguen David Adom France pendant plus d’une décennie. (Avec l’aimable autorisation de MDA France)

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Lazare Kaplanavec ses quatre frères et sœurs, échappa de justesse à plusieurs reprises aux forces nazies et aux milices de Vichy. Membre des scouts juifs, il livrait des lettres pour la Résistance. Après la guerre, son père Jacob Kaplan devint Grand Rabbin de Paris et en 1955 Grand Rabbin de France.

Lazare a poursuivi une carrière dans la médecine, en rejoignant les chemins de fer français comme médecin généraliste ; il est finalement devenu leur médecin-chef. Il a également été président pendant plus d’une décennie de Maguen David Adom France, l’organisation humanitaire fondée par sa mère, Fanny Kaplan.

Le Dr Kaplan est décédé le 8 juin. Il avait 98 ans.