Des parents juifs se joignent au procès contestant la loi de Louisiane exigeant les dix commandements dans les écoles

Trois familles juives font partie d’un groupe de neuf familles de Louisiane ayant des enfants dans des écoles publiques qui ont déposé une plainte devant un tribunal fédéral pour contester une nouvelle loi de l’État exigeant que les dix commandements soient affichés dans toutes les salles de classe des écoles publiques.

Le procès – intenté au nom des familles par Americans United for the Separation of Church and State, l’American Civil Liberties Union et la Freedom from Religion Foundation – fait valoir que la loi adoptée la semaine dernière viole le premier amendement.

Plus précisément, la plainte affirme que le langage de la loi « approuve et prescrit une version particulière des dix commandements, à laquelle de nombreuses personnes ne souscrivent pas », violant les interdictions de la Constitution concernant l’établissement d’une religion officielle et interdisant le libre exercice de la religion.

Le procès a de son côté un précédent de longue date : en 1980, la Cour suprême des États-Unis a statué qu’une loi de l’État du Kentucky rendant obligatoire l’application des Dix Commandements dans toutes les salles de classe était inconstitutionnelle. Mais les guerriers de la culture chrétienne, enhardis par l’arrivée récente d’une majorité solidement conservatrice à la cour, voient une opportunité de faire annuler cette décision, Stone contre Graham.

Aujourd’hui, des projets de loi similaires ont été proposés récemment dans les assemblées législatives du Texas, de l’Utah et de l’Oklahoma. Aucune n’a encore été adoptée, bien que le lieutenant-gouverneur du Texas, Dan Patrick, ait promis il y a quelques jours qu’il y parviendrait. Le gouverneur républicain de Louisiane, Jeff Landry, est le premier à signer une telle loi, la semaine dernière, dans le cadre d’une série de lois contre le droit à l’avortement et à l’inclusion des transgenres qui, selon lui, reflètent ses valeurs de catholique.

Les familles juives ont joué un rôle de premier plan dans les procès en matière de liberté religieuse contestant la récente législation des législatures conservatrices des États. Les rabbins d’un certain nombre d’États ont intenté des poursuites pour bloquer les restrictions à l’avortement, par exemple, arguant qu’elles étaient fondées sur le christianisme et violaient la séparation de l’Église et de l’État.

Les Dix Commandements, donnés par Dieu à Moïse au Mont Sinaï dans le livre biblique de l’Exode (et répétés avec de légères variations ailleurs dans la Bible), sont vénérés à la fois par les Juifs et les Chrétiens. Mais comme les procès pour avortement, le procès en Louisiane fait valoir que le texte des Dix Commandements exigé par la loi est une version chrétienne et « ne correspond à aucune version ou traduction trouvée dans la tradition juive ».

Les Juifs et les différentes confessions chrétiennes numérotent les commandements différemment. La version prescrite par le projet de loi omet une partie du premier commandement du judaïsme, la section du premier verset concernant Dieu faisant sortir les Israélites d’Égypte.

Des copies de l’ensemble des préceptes bibliques sont apparues aux États-Unis depuis les années 1940, mais leur exposition publique a connu un moment décisif dans les années 1950, lorsque le réalisateur Cecil B. DeMille a fait en sorte que les versions soient données aux institutions publiques à titre de gadget marketing. pour son film épique « Les Dix Commandements ».

Ils étaient placés bien en vue à l’extérieur des palais de justice, des hôtels de ville, des capitales des États et des parcs publics, et même après la mort de DeMille en 1961, des répliques similaires ont continué à être installées. (On ne sait pas exactement combien de comprimés DeMille restent en place.) Bientôt, des poursuites remettant en question leur constitutionnalité ont été déposées.

Le gouverneur de Louisiane, Jeff Landry, s’adresse aux journalistes après une affaire de premier amendement de la Cour suprême des États-Unis en mars 2024. (Jabin Botsford/The Washington Post via Getty)

Les familles qui ont intenté ce nouveau procès ne considèrent pas les commandements comme un ensemble universel de morale divine. L’une des plaignantes, le révérend Darcy Roake, un universaliste unitarien, et son mari Adrian Van Young, qui est juif et s’identifie comme réformé, ont deux jeunes enfants. Les deux enfants sont membres d’une synagogue et fréquentent également une église unitarienne universaliste. Selon le procès, les parents envoient leurs enfants à l’école publique « pour s’assurer qu’ils reçoivent une éducation laïque et religieusement impartiale et qu’ils aient la capacité d’interagir et d’apprendre à connaître des pairs issus de diverses traditions culturelles et religieuses ».

Dans le procès, les parents ont fait valoir qu’ils pensaient « que leurs enfants seront contraints d’observer, de vénérer et d’adopter la doctrine religieuse préférée de l’État et de supprimer l’expression de leurs propres origines et opinions religieuses à l’école ».

Sont également inclus dans la poursuite Gary Sernovitz, membre du conseil d’administration de la synagogue Touro de la Nouvelle-Orléans, et Molly Pulda, membre du conseil d’administration du centre communautaire juif local, qui ont également un enfant dans une école publique. Ils espéraient séparer l’éducation laïque de l’enfant de leur éducation religieuse et ont évoqué « leur désir de superviser cette dernière et de s’assurer qu’elle soit conforme à leur croyance et pratique juives ».

Leur enfant va à l’école hébraïque une fois par semaine et participe à un camp d’été juif, et commencera à fréquenter l’école hébraïque deux fois par semaine l’année prochaine, selon le procès.

Sernovitz et Pulda « ne croient pas que les Dix Commandements soient un guide éthique universel et inoffensif », indique le procès, et pensent également que les expositions poseront un problème à leur enfant, qui est l’un des rares étudiants juifs de leur classe. Selon le procès, ils craignent que leur enfant ne se sente obligé de supprimer l’expression de « ses propres origines et croyances juives, y compris la croyance juive fondamentale de tolérer et de soutenir l’expression de toutes les confessions ».

Ils s’opposent également à la loi parce que, même si elle n’est pas conforme au texte juif des commandements, ils estiment que les affichages « violeraient les principes juifs qui s’opposent au prosélytisme », indique la plainte.

Un autre plaignant est Joshua Herlands, avocat et professeur d’école de commerce qui a deux enfants en âge d’aller à l’école primaire dans des écoles publiques locales. Il s’oppose également à la loi en raison de l’interdiction du prosélytisme dans le judaïsme. L’un de ses enfants fréquente l’école hébraïque dans une synagogue locale, et la famille fréquente la synagogue lors des fêtes juives et lors de certains événements communautaires.

Pour Herlands, « les expositions contraindront religieusement ses enfants mineurs et usurperont son rôle parental dans la direction de leur éducation religieuse, de leurs valeurs religieuses et de leur éducation religieuse », indique le procès.

Herlands a également contesté l’orthographe du mot « Dieu » dans la loi, qu’il évite. Comme beaucoup de Juifs, il écrit plutôt « D.ieu » pour éviter de prendre le nom de Dieu en vain.