Des manifestants bloquant la livraison du plan d’aide à Gaza marchent vers Jérusalem

(JTA) — Les proches des otages israéliens qui ont suscité des critiques internationales pour avoir bloqué l’aide humanitaire à Gaza prévoient une marche de plusieurs jours pour soutenir l’intensification des mesures visant à affaiblir le Hamas.

La marche ira de la frontière de Gaza à Jérusalem. Elle débutera à Zikim, l’un des points de passage de la bande de Gaza, et se dirigera vers le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Elle se déroulera de dimanche à jeudi prochain et se terminera par un rassemblement.

Depuis plus d’une semaine, des dizaines de manifestants se sont rassemblés pour bloquer les camions traversant le poste frontière de Kerem Shalom entre Israël et Gaza. Les organisateurs des manifestations affirment que les efforts visant à atténuer la pression sur les civils à Gaza, notamment par la fourniture d’une aide humanitaire, jouent dans l’intérêt du Hamas.

« Ils comprennent qu’il n’y a qu’un seul moyen de les sauver, uniquement avec la pression militaire », a déclaré Matan Wiesel, l’un des organisateurs de la manifestation.

Parmi les organisateurs des manifestations figure le Tikvah Forum, un groupe composé de familles d’otages israéliens qui favorable à une réponse plus dure au Hamas, qui a pris en otage leurs proches parmi environ 250 Israéliens capturés lors de son invasion du 7 octobre. Le groupe se trouve à droite de la principale organisation de familles d’otages, qui faveurs un accord pour libérer les captifs.

Un groupe de réservistes militaires israéliens participe également à la manifestation.

Les revendications publiques des manifestants reflètent les opinions de certains membres de la coalition au pouvoir. Parmi les politiques proposées figurent une réoccupation israélienne de la bande de Gaza, encourageant les Palestiniens à quitter le territoire, et un credo qui place « nos guerriers avant tout » – un clin d’œil à l’idée selon laquelle Israël devrait utiliser des moyens qui mettent les civils palestiniens en danger pour pouvoir pour protéger la vie des soldats.

Les tactiques des groupes, en particulier le blocage des camions d’aide, ont suscité les critiques des groupes de défense des droits de l’homme à un moment où Israël est accusé d’avoir fait trop peu pour protéger la vie civile à Gaza. Plus de 27 000 Palestiniens ont été tués dans la guerre, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Israël affirme qu’environ un tiers d’entre eux sont des terroristes du Hamas.

Face au nombre croissant de morts, la communauté internationale fait pression sur Israël pour qu’il ralentisse les combats et accélère l’arrivée de l’aide. Les responsables internationaux de la santé affirment que les 2,3 millions d’habitants de Gaza sont au bord de la famine.

Les États-Unis et les Nations Unies ont également déclaré qu’Israël avait laissé entrer trop peu d’aide humanitaire. Israël a affirmé que le Hamas volait l’aide destinée aux civils.

Dans le but d’arrêter les manifestants, plus tôt cette semaine, Israël a déclaré la zone autour du poste frontière zone militaire fermée. Gisha, un groupe israélien qui prône depuis des années une augmentation de l’aide humanitaire pour les habitants de Gaza, a déclaré que le gouvernement israélien n’en faisait pas assez pour empêcher les manifestants de bloquer l’aide.

Selon un récent communiqué de presse, sur 123 camions qui devaient entrer le 26 janvier, neuf seulement ont réussi à passer. La déclaration a concentré ses critiques sur le gouvernement israélien plutôt que sur les manifestants qui bloquent les camions.

« Gisha continue d’appeler à la libération immédiate des otages et nous exprimons notre solidarité aux familles des otages », indique le communiqué. « Israël doit respecter son droit de manifester tout en empêchant l’obstruction de l’aide vitale aux Palestiniens à Gaza et en garantissant le fonctionnement continu du passage. »

La marche de la semaine prochaine aura lieu dans un contexte de négociations intensives sur une trêve prolongée au cours de laquelle le Hamas libérerait les 136 prisonniers restants en échange de prisonniers de sécurité palestiniens. Le Hamas et Israël, travaillant avec des médiateurs tels que les États-Unis, le Qatar et l’Égypte, ont échangé plus de 100 otages contre des centaines de prisonniers palestiniens lors d’un cessez-le-feu en novembre.